Le miracle vient quiètement à l’esprit qui s’arrête un instant et fait silence. Il va doucement de ce moment de quiétude, et de l’esprit qu’il a guéri alors dans la quiétude, vers d’autres esprits pour partager sa quiétude. Et ils se joindront pour ne rien faire qui empêche sa radieuse extension de retourner jusqu’à l’Esprit qui a causé l’être de tous les esprits. Né du partage, il ne peut y avoir de pause dans le temps qui cause un retard dans l’empressement du miracle à rejoindre tous les esprits in-quiets, à qui il apporte un instant de calme quand le souvenir de Dieu revient à eux. Leur propre souvenir est maintenant quiet, et ce qui est venu pour en prendre la place ne sera pas entièrement oublié par après.