Photos
Videos
"Vers une technologie bienveillante"
120
26
Une amélioration vertigineuse des conditions de vie
63
25
reportage France 9 Avril 2014
675
66
Posts

-----------------------------------------------------------------
POWER OF INERTNESS («The Fall Guy» experiment)
-----------------------------------------------------------------

Dear readers,

...Continue Reading
No automatic alt text available.
No automatic alt text available.
Image may contain: text
No automatic alt text available.

A TOUS NOS AMIS ET SUPPORTERS : MEILLEURS VŒUX POUR L'AN QUI VIENT !!

To all our friends and supporters: best wishes for the year coming!!
Translated
Image may contain: 4 people, people smiling, crowd and text
Effet Dumas - Energie libre
Community
Posts

Nous relayons avec bienveillance cette information de nos amis bretons sur un procédé alternatif trop longtemps muselé par les constructeurs et les lobbies pétroliers.

Bien que très ancienne, l'astuce est encore largement méconnue. Pourtant, elle permet des économies considérables et un vrai progrès environnemental.
positivr.fr|By Axel Leclercq

----------------------------------------------------------
EFFET DUMAS: LA PREUVE POUR TOUS
----------------------------------------------------------

Chers amis,

...Continue Reading

---------------------------------------------------------

UN EFFET DUMAS NON-TONNANT ?...
…TRÈS ÉTONNANT!!!

...Continue Reading
Image may contain: 4 people, outdoor

----------------------------------------------------------------------------
CORRECTIF: CONFÉRENCE EFFET DUMAS TRANSFÉRÉE
----------------------------------------------------------------------------

Suite à un télescopage de plannings et à des contraintes budgétaires, nous transférons la conférence prévue le 12/10 à Belfort à l'adresse suivante:

...

MAISON DU PEUPLE
1 Place de la Résistance
90000 BELFORT

Entrée à partir de 19h
Début à 20h
Le nombre de places est limité à 300

See More
---------------------------------------------------------------------------- Fix: Conference Effect Dumas transferred ---------------------------------------------------------------------------- Following a télescopage of schedules and budgetary constraints, we will transfer the conference to belfort on 12/10 to the following address: House of the people 1 place of resistance 90000 Belfort Entrance from 19 pm Start at 20 pm The number of seats is limited to 300
Translated
Image may contain: text

-------------------------
JAMAIS 2 SANS 3:
QUAND LA THERMODYNAMIQUE VALIDE L'EFFET DUMAS
-------------------------

...Continue Reading
Image may contain: 2 people, wedding and indoor
No automatic alt text available.
No automatic alt text available.

Y-A-T-IL UN SCIENTIFIQUE DANS LA SALLE?

Jean-François Ricois donnera une conférence sur l’Effet Dumas à Belfort le 12 octobre prochain. Nous vous partageons l’invitation des organisateurs.
Fraternellement à tous. PAC

...

Invitation :

Professeurs - Enseignants - Chercheurs - Industriels

Madame, Monsieur, Bonjour,

Nous organisons une conférence originale sur le thème « Effet Dumas – Enfin la preuve scientifique d’une « énergie libre » ? » à la salle des fêtes de Belfort le 12/10/2017 à 20h. Elle sera animée par M.Jean-François Ricois, coordinateur scientifique de l’équipe découvreuse de « l’effet Dumas ».
Il y a quelques années, une équipe de télévision de France 3 avait largement médiatisé cette invention française. Après une large période de polémique (manque d’arguments pertinents, tentatives de reproduction approximatives, …), il semblerait que plusieurs expérimentations récentes, effectuées par différentes équipes, apportent un éclairage nouveau sur ce sujet.
Une déclaration exceptionnelle nécessitant des preuves exceptionnelles, cette conférence sera la première occasion pour M.Ricois de faire part des expériences qui lui auraient permis de déterminer l’existence de trois anomalies de nature différente (Stœchiométrique, thermoélectrique et électromagnétique) indiquant la présence réelle d’un effet Dumas, mettant ainsi en avant la transformation d’une énergie potentielle en chaleur.
Cette conférence au format à priori inédit, se déroulera selon le mode suivant :

- 45min à 1h de présentation des arguments scientifiques
M. Ricois présentera son travail à l’aide d’un support Power Point

- 15 à 20min de questions générales tout public
Des questions d’ordre général pourront être posées à l’intervenant

- Sans limite (jusqu’à fermeture) pour les discussions scientifiques pointues
Vous pourrez alors discuter technique (protocoles expérimentaux, résultats, type et précision des instruments, collaborations et partenariats, …)

En cette occasion, nous prêtons une attention tout particulière aux personnes du territoire disposant d’un solide bagage scientifique. Nous espérons que la compétence des gens en présence permettra de critiquer efficacement le travail produit autour de « l’effet Dumas » et d’échanger des arguments scientifiques. La démarche de M.Ricois s’inscrit dans une volonté de partage de ses travaux avec des personnes d’expérience, dans le but idéal de faciliter notre transition énergétique et humaine.
Nous espérons pouvoir compter sur votre présence ainsi que sur celle de vos collègues les plus passionnés.

Veuillez recevoir, madame, monsieur, la sincère expression de mes salutations les plus chaleureuses.

Le comité d’organisation

Fait à Belfort le 07/09/2017

See More
Image may contain: text
Effet Dumas - Energie libre
Community

------------------------------------------------------------------
INTERVIEW DU PRÉSIDENT DE NOTRE COLLECTIF
------------------------------------------------------------------

Chers amis,

...

L'effet Dumas est un collectif comportant diverses sensibilités.

Certains s'intéressent à l'effet physique.

D'autres sont motivés par les potentiels effets sociétaux de cet effet potentiel.

En voici une illustration, réalisée par Laurent Fendt.

Fraternellement,
JF Ricois

https://www.youtube.com/watch?v=UP-QSr5J6Zg

See More
------------------------------------------------------------------ Interview of the president of our collective ------------------------------------------------------------------ Dear friends, Dumas is a collective with various sensitivities. Some are interested in the physical effect. Others are motivated by the potential societal effects of this potential effect. Here is an illustration by Laurent Fendt. Fraternellement, JF RICOIS https://www.youtube.com/watch?v=UP-QSr5J6Zg
Translated
www.hym.media/effet-dumas-lhistorique/ Pierre-Antoine Courouble est le président fondateur du collectif pour une alternative énergétique. Il a été conseillé ...
youtube.com

=============
EFFET DUMAS,
Une boule aux multiples facettes
=============
.

...Continue Reading
============= Dumas, A Multi-Faceted Ball ============= . We have previously shown destructive mechanical effects occurring during the operation of the Resonator Dumas. Dr. P. Bacelon and jf ricois have shown a basic anomaly in the ratio in the electrolysis of water under 230 v / 50 Hz / AC. This phenomenon is being explored. During this collaboration, they also demonstrated mechanical destruction of the electrodes. Here are the reports of these experiments, simple to reproduce by netizens who previously used to the safety instructions set out in our previous publications. . --------------------------------------------------------- Magnifying Glass (Science to the naked eye) --------------------------------------------------------- . Materials and methods A Resonator Dumas is completely immersed in tap water and fed by the industry for 1/2 hours. We then stirred up a unique aimant magnet in the treated solution. Then we examined the magnet with the naked eye and the magnifying glass (x3) and took a sample of the material stuck to the magnet and then spread on the thumb. We exposed this sample to the light for an examination to the naked eye and then to the magnifying glass. The experiment was carried out under the same conditions by jf ricois, with the result that the food was fed with a stabilized power of 30 v. . Results After treatment of water subject to the sector, the surface of the sphere is piquetée and flat, with no appreciable relief. It has a moderate oxidation, with metallic shine visibly restored by rubbing the skin of the thumb on the surface of the spheres. The treated water has a yellowish colour, the bottom of the container is visible and has an ochre yellow residue. The Re-tensioning of the experimental system is without an anomaly. After treatment of water subject to steady-State power at 30 v, des and filaments of rust have been detected, one of the electrodes is very oxidized, which does not find its metallic shard by simple friction of The skin of the thumb. Treated water shows a red rust / blood colour, the bottom of the container is not visible and does not show any residue when emptying the container. The operation of the system this time under tension in the sector causes the circuit breaker to be cut immediately by action of the circuit breaker. We found suspended particulates. Some of these particles have joined the magnet. The examination of the magnet with the naked eye and the magnifying glass pointed to particles. These findings could not be reproduced continuously under 30 v. In the samples taken and exposed to the light, jf ricois was able to identify with the naked eye metallic shards corresponding to the examen examination to Grey-Steel Particles adhering to the magnet. These findings could not be reproduced in DC 30 v. Once immersed in a 1/10 M HCL solution, the magnet initially covered with particles was visibly lacking. . Discussion The presence of suspended particles adhering to the magnet signals the existence of a material released as a result of the operation of the Resonator Dumas in the water. The Metallic Glow of the particles and their grey-Steel Colour, and the absence of particles in the tap water before treatment shows that these particles are not from the water but from the mass of the resonator. The LAMINATED Appearance of particles shows a destructive process acting under the surface of the metal. Such damage can be partly explained by the formation of electric arcs. However, the macroscopique size and appearance of the particles removed appears to be incompatible with the only action of electric micro-Arcs (I. E Surface Fusion, microscopic metallic splashes). Destruction of electrodes by a different process of possible microscopic arcs is engaged. However, electric arcs are known to generate micro in water, bubbles whose collapse is known to destroy the surface of the materials by propagation of supersonic shock waves. In addition, Stainless Steel used in the manufacture of electrodes contains iron, Nickel and chromium. It is known that under very high pressure or lors, these metals form par-absorption of hydrures capable of altering the mechanical properties and structure of the metal. The dispersion of fragments fragments during this electrolysis may be due to the formation of metal hydrures, capable of altering the strength of the alloy and its volume to the point of breaking it, which is also a major concern in the design of future batteries. Hydrogen. The sudden release of accumulated stresses can generate shear forces, remove fragments of alloy from the metal mass and eject them at high velocity, generating wormholes, germs, short circuits and electric cavitation bubbles. Electric cavitation and formation formation by electrolysis may occur in synergistic and intriquée ways: - LA due to electric micro-arcs facilitates the formation of hydrures during electrolysis because of the high pressure caused by the collapse of bubbles; - LA formation leads to the fragilisation of the metal, facilitates its destruction and ejection of high kinetic energy debris to facilitate the appearance of une, this cavitation producing plasma itself which may initiate a micro-circuit and facilitate the Electrical Micro-Arcs - the combination of these phenomena would contribute to the mechanical destruction of the metal by collapse of bubbles. . Conclusion The presence of suspended material in suspension excludes a purely electrochemical process involved in the erosion of electrodes. The damage suffered under tension in the sector shows distinct physico-chemical characteristics of the damage sustained in the course of a continuous stream. This experience shows that the resonator dumas has an erosion of mechanical origin. The operation of the Resonator Dumas in 230 v / 50 Hz / AC rips from metal particles to the mass of the electrodes. Une by formation of electric micro-Arcs and chemotherapy-absorption of hydrogen from electrolysis in the form of metal hydrures are likely and complementary factors capable of reporting on the mechanical destruction found. . Fraternellement, JF RICOIS Dr. P. Bacelon
Translated
Image may contain: indoor

------------------------------------------------
LOGIQUE ÉLÉMENTAIRE, MON CHER
------------------------------------------------

Chers amis,

...

Le Principe de la Conservation de l’Énergie (PCE) est un pilier incontournable de la science.

Il a permis des avancées gigantesques, et le triomphe de la raison illuminante sur l'obscurantisme aveugle. Elle triomphera, encore et toujours, sans coup férir car telle est sa nature.

Par un tour de magie des temps modernes joué par la fée électricité sous nos yeux émerveillés, nous remettons donc dans cette publication le premier principe de la thermodynamique à l'honneur en le lui rendant par un hommage en contre-point... ... plus exactement par une contre-apposée osée que seule la logique peut poser sur le socle indestructible d'elle-même.

Nous remercions sincèrement le PCE, sa dérivée et leur contre-apposition conclusive.

Fraternellement,
J-F Ricois

See More

------------------------------
PUISSANCE INTÉGRALE
Chaleur effective... ou illusoire intellection?
------------------------------

...Continue Reading
------------------------------ Full power Effective Heat... or illusory intellection? ------------------------------ Dear friends and friends, The information content of this post is on 1 Schema, 2 GRAPHICS AND 9 associated boards. The format available in these columns does not allow us to account for the details of our reflections other than this alternative. We will later publish another board, showing the logic that le dumas is not a passive energy receiver. Sharing, experience and logic fit into a massive construction weapon... who can fear to use it? Each of them shall draw conclusions by its own means, if it wishes. Fraternellement, JF RICOIS . __________________ Introductory remarks __________________ . The Under-described experience is easily reproducible. The curves summarising this experiment allow an iconoclaste interpretation of the phenomena recorded on the 2 curves attached during a water temperature rise test (see diagram of assembly figure 1), respectively for resistance and for A Resonator Dumas. Without sufficient equipment to achieve quantitative energy measures, we have had to use qualitative methods. However, the mathematical tool, Universal Language, allows us to demonstrate relentlessly what we are making, taking into account our results. In other words, considering our experimental results, there is only one logical conclusion. The curves show essentially different thermoélectriques responses during the operation of the 2 devices studied. The temperature measurement uncertainty is less than 1 % and the intensity measurement is less than 0,5 %. These uncertainties cannot account for the anomalies found and detailed on our boards. In addition, these measurements have been made several times and show identical profiles for identical experimental conditions. Internet users less on science will thus understand the first glance that an anomaly is evident, comparing the 2 curves presented. We now thank our subscribers, including the one who provided us with one of these curves. The expérimentateurs is themselves to our previous scientific publications to review in detail the warnings of common sense. . In Summary: There is evidence of an underlying and certain energy anomaly concerning the operation of the Resonator Dumas. The reader will be able to verify that the same reasoning leads to a lack of an energy anomaly for resistance. Therefore, our critics in good faith will have to redo our experience if we are to invalidate our results. . Basis of reasoning: - it is assumed that the Resonator Dumas is a passive electrical energy receiver (Car 99,5 %) - mathematical consequences by derivation and integration - there is a mismatch between experimental data and the first principle of thermodynamics. - it is deduced that part of the energy produced is exempt from the energy balance resulting from trade with the environment. . Conclusions: Part of the energy escapes the energy balance. This energy allows for the maintenance of thermal accumulation, despite a decrease in the electrical power provided and despite an increase in environmental losses. However, as the resonator dumas respects the principle of energy conservation, then... ... The Resonator Dumas turns into heat from the potential energy contained in the system. The Resonator Dumas is an energy generator. The question of the origin of transformed potential energy remains to be determined with certainty. Several detailed elements in our post since April 2016 suggest that part of this potential energy is of nuclear origin.
Translated

Après la crevette pistolet qui fabrique des micro bulles de cavitaton, voici les graines qui produisent de l'hélium. Décidément la fusion froide pourrait être un secret de Polichinelle pour notre mère Nature. Quand donc les hommes s'inspireront-ils de son exemple pour produire une énergie non polluante qui soit en accord avec les grand rouages de l'univers?... Nous relayons cette vidéo où s'expriment nos collègues Pierre Bacelon et Jean-François Ricois.

"Focus" un peu particulier qui se tourne vers les moteurs sur-unitaire avec la participation de deux expérimentateurs, Jean-François Ricois, passionné des sciences et Pierre Bacelon, Dr. ESS-science en physique chimie, Universitaire. Ces derniers ont eu l'opportunité de se rencontrer autour de l'eff...
hym.media
Effet Dumas - Energie libre added 6 new photos to the album: PONS, FLEISCHMANN, ET FUSION FROIDE... LE RETOUR !?...
May 12, 2017

PONS, FLEISCHMANN, ET FUSION FROIDE... LE RETOUR !?...

Trente ans après les fameuses expériences réalisées par Pons et Fleischmann, l’effet Dumas relance l’accessibilité de la fusion froide.
Dans une vidéo diffusée en septembre 2016, Jean-Christophe Dumas incitait à chercher un marqueur extrêmement intéressant pendant le fonctionnement du résonateur: l’apparition de gaz rares, indicatifs d’un phénomène de fusion froide.

...

Récemment le Docteur Pierre Bacelon, docteur en sciences, physico-chimiste et Maître de Conférence des Universités (ER) a initié et supervisé une analyse des gaz d'électrolyse avec le résonateur que nous lui avions procuré quelques semaines auparavant. Il s'agissait pour lui d'étudier le phénomène en utilisant des matériaux conducteurs différents. Ainsi le physico-chimiste prit l'initiative de commander des électrodes en graphite. Il les testa comparativement au résonateur, assisté de JF Ricois et en collaboration avec lui.
La mise en évidence de comportements physico-chimiques discordants des gaz d'électrolyse selon les électrodes utilisées les incita à chercher plus avant. Nous vous avions annoncé un compte-rendu de leurs travaux. Et bien le voici ! Il ressort de ces travaux que des anomalies élémentaires se font jour pour l'oxygène, l'hydrogène... ET L'HELIUM! Ces indices d'anomalies élémentaires font échos à d’autres indices d'anomalies élémentaires précédemment relevées.

Suite à cette publication, le Collectif pour une Alternative Énergétique renouvelle publiquement sa demande pour que ces expériences soient renouvelées par des tiers afin d’être confirmées ou mises expérimentalement en défaut. Dans l’affirmative expérimentale, nous aurions raison tous ensemble et validerions les affirmations des précurseurs que furent Pons et Fleischmann.

Nous ouvririons surtout tous ensemble une fantastique fenêtre scientifique aux perspectives vertigineuses pour notre humanité.

Fraternellement, pour le collectif,

PA Courouble

________________________

RECHERCHE PHYSICO-CHIMIQUE DES GAZ DÉGAGÉS LORS DE L'ÉLECTROLYSE DE L'EAU PAR DIFFÉRENTES ÉLECTRODES
Comparaison entre le résonateur Dumas et des électrodes en graphite

Par Pierre Bacelon et Jean-François Ricois
.

RAPPELS ET MISE EN GARDE

Des précautions sont impératives.
- les expériences ci-dessous ont été réalisés après vérification du bon fonctionnement du tableau électrique auquel le système expérimental était raccordé, notamment le test des disjoncteurs différentiels et l'utilisation d'une ligne capable de soutenir les puissances imposées.
- la série d'expériences exposée produit des gaz explosifs. C'est une des raisons pour lesquelles il a été procédé à la production et au confinement des gaz produits, et à leur analyse le tout à distance les uns des autres dans des pièces distinctes. Une étincelle ou une source de chaleur sont susceptibles d'enflammer les gaz même à distance, c'est pourquoi les opérations ont été pratiquées dans des pièces bien ventilées et exempte de source de chaleur, de flamme ou d'étincelles, et différentes de la pièce où furent stockés les gaz.
- dans tous les cas, les volumes de stockage ou de transfert des gaz (aliquotes, enceinte de stockage et de production des gaz) doivent inclure des systèmes anti-retour de façon à empêcher la propagation de la combustion des gaz. L'utilisation de siphons et de robinets se sont donc imposés (voir schémas fig.1 et fig.3).
- le port de lunettes de protection et de gants s'impose d'évidence (courant du secteur, gaz explosifs, soude), de même que le port de chaussures isolées -comme des bottes en plastique- sur un sol sec.
.

.
MATÉRIELS ET MÉTHODES

I) MONTAGE EXPÉRIMENTAL

A) Électrolyse de l'eau avec le résonateur Dumas (voir schéma figure 1)
Nous avons utilisé une boule Dumas en acier telle que fabriquée lors des ateliers ardéchois.
Il s'agit d'un résonateur de 4cm de diamètre et de 200g, montrant une puissance oscillant entre 1100W et 1300W en eau du robinet et en régime stationnaire libre lorsque soumis au courant du secteur.

Nous avons plongé le résonateur dans l'eau de la ville d’Évry (essentiellement calcaire) et avons soumis le système au courant du secteur dans un Bécher de 5L partiellement empli d'eau et avons collecté les gaz d'électrolyse dans un récipient en verre, soit un Bécher de 2L retourné par dessus le résonateur puis entièrement empli d'eau par siphonnage de l'air.
La température était modérée en permanence par un apport d'eau à température du robinet et par l'évacuation simultanée de l'eau chauffée par le montage, afin d'éviter l'ébullition et dégagement de vapeur d'eau au sein du Bécher collecteur.

B) Électrolyse de l'eau avec des électrodes en graphite (voir fig.1)
Nous avons maintenu en vis à vis les électrodes en graphite (plaques de 50cm carrés) par l'action de 3 aimants permanents électriquement isolés, l'un séparant les électrodes et les autres assurant la cohésion du montage.
Les gaz étaient recueillis et testés dans les mêmes conditions que dans le cas du résonateur.
a) Nous avons soumis ce montage à un courant continu de 12V en eau du robinet ajoutée de 50g/l de NaHCO3, en vue d'avoir un témoin de mélange tonnant. La très faible augmentation de température de l'eau nous a permis d'éviter d'établir une circulation d'eau réfrigérante.
b) Nous avons aussi soumis au courant du secteur ce montage électrique dans des conditions identiques à celles du résonateur, aux électrodes près donc.
Les gaz d'électrolyse ont été testés comme dans le cas du résonateur Dumas, à ceci près que le constat constant d'une anomalie physico-chimique nous a amené à réaliser l'électrolyse avec les électrodes en graphite de multiples fois.
.

II) Analyse des gaz d’électrolyse de l'eau produits par des électrodes soumises au courant du secteur
A) Montage et méthode d'analyse
Nous avons utilisé le montage ci-dessus, obtenu 450ml (+/-50ml) de gaz d'électrolyse.
Nous avons rempli un récipient d'eau et l'avons couvert d'un film plastique de façon à ce qu'il ne reste pas de bulle entre la surface de l'eau et le film.
Nous avons ensuite prélevé les gaz d'électrolyse avec une seringue de 60 ml.

a) Test d'explosibilité
Nous avons prélevé 50 ml du gaz d'électrolyse avec une seringue en plastique et les avons injectés dans l'eau du récipient, le film du bord externe du récipient épousant le col de la seringue de façon à éviter la dilution des gaz d'électrolyse par de l'air.
Les gaz ont été rassemblés en un seul volume avant de brûler avec une flamme de briquet le film en regard de ce volume.

b) Test à la soude 1/10M
Nous avons ensuite ajouté à l'eau du bécher de 5L 50 ml de soude à 1/10M et laissé agir plusieurs jours.
Nous avons ensuite injecté directement dans la chambre d'accumulation des gaz 50ml de soude à 1/10M à l'interface eau/air et laissé agir un heure.

c) Analyseur de gaz: GasCheck-G3 Ion Science
Voir ce lien pour plus d'information: http://www.es-france.com/produit4051/product_info.html

Nous avons prélevé et contenu dans une seringue munie d'un robinet les gaz obtenus extemporanément avec le résonateur et avec les électrodes en graphite et les avons soumis à un détecteur de gaz professionnel Ion-GasCheck-G3 (voir photo figure 2), en ré-initialisant l'appareil entre chaque mesure (remise à zéro: ''zeroing'').

Nous avons choisi l'unité de mesure en parties par million (ppm).
L'appareil annonce une limite inférieure de sensibilité de 10ppm.

L'appareil proposant l'analyse d'autres gaz que H2 et O2, nous avons aussi procédé à leur analyse, les gaz sont analysés par série dans cet ordre invariable: dioxyde de carbone (CO2), dihydrogène (H2), hélium (He), hexafluorure de souffre (SF6), argon (Ar), dioxygène (O2), méthane (CH4).

Après mise à zéro entre chaque mesure, nous avons analysé l'air libre pendant quelques secondes, puis en disposant l'appareil des 2 façons comme indiqué (voir fig.3a), à 30 secondes d'intervalle à peu près entre chaque manœuvre soit le temps de lire la mesure, de la reporter et de redisposer l'analyseur.

Nous avons prélevé et mesuré avec une seringue 40 ml de gaz contenus à 1 cm au dessus d'un bol d'eau de la ville d’Évry à 40°C(+/-10°C), pour tenir compte dans la mesure d'éventuels artefacts dus à la vapeur d'eau saturante. Ces séries de mesures montrait des valeurs proches.
Ces mesures ont servi de référence: les gaz d'électrolyse ayant été produits puis refroidis à température ambiante à partir d'une eau échauffée par l'action de la tension du secteur sur les électrodes, des aliquotes de gaz atmosphériques ont été prélevés à proximité d'une eau ''chaude'' puis laissés à refroidir avant mesure.

Nous avons vérifié la sensibilité à l'hélium de l'analyseur après les mesures des gaz issus des réacteurs Dumas et en graphite.
Nous avons empli d'eau aux ¾ un broc d'eau, l'avons recouvert d'un film de cellophane, injecté de l'He dans cet espace confiné puis mesuré les gaz avec l'analyseur.

NB0: après mise à zéro de l'analyseur de gaz, les mesures à l'air libre fluctuent faiblement (+/-100%) pendant plus de 10 minutes (voir valeurs de base tableaux de mesure fig.3b et fig.3c).
NB1: l'analyse des gaz d'électrolyse a été perturbée par l'air ambiant, l'admission des gaz analysés par le conduit d'adduction à l'analyseur n'ayant pas eu lieu de façon étanche à l'air environnant (voir schéma fig.3a) car nous avons fait aboucher le tuyau d'adduction en silicone à ≈1mm de la bouche d'admission des gaz de l'analyseur.
NB2: les gaz ont été analysés sans appuyer sur le piston de la seringue.
.

II) RÉSULTATS

A) Résonateur Dumas
a) Les gaz prélevés étaient tonnants.
b) Analyse des gaz, voir compilation (tableau fig.3b)
Nous relevons la présence de CO2, de H2, de SF6, d'Ar, de O2 et de CH4.

Nous n'avons pas fait figurer les valeurs du SF6.
On trouve 26000ppm pour ces gaz d'électrolyse, pour 60ppm après remise à 0, 1800ppm 1cm au dessus du niveau d'eau d'un bol sous cellophane d'eau d’Évry à température ambiante, 1400ppm en utilisant une seringue pour prélever et mesurer un 2nd échantillon de référence.

B) Électrodes en graphite
a) En courant continu, les gaz d'électrolyse étaient tonnants.
b) En courant alternatif, les gaz d'électrolyse étaient non-tonnants pour les 4 expériences dans ces conditions.
c) Après action de la soude, le volume des gaz d'électrolyse n'a pas varié.
d) Analyse des gaz, voir compilation (tableau fig.3c)
Nous relevons la présence de CO2, de H2, de SF6, d'Ar, de O2 et de CH4.

Nous n'avons pas fait figurer les valeurs du SF6.
Nous en trouvons 5800ppm à 6000ppm, pour 100ppm après remise à zéro, et 2100ppm 1cm au dessus du niveau d'eau d'un bol sous cellophane d'eau d’Évry à température ambiante.
.

III) DISCUSSION

A) Test d'explosibilité
a) Résonateur Dumas
Le résonateur Dumas produit un mélange tonnant par électrolyse de l'eau du robinet.
Des gaz explosifs ont été produits.
Il n'est pas possible de déterminer à priori la nature de ces gaz, mais l'on pense à de l’hydrogène.

b) Graphite
1) L'électrolyse en courant continu produit des gaz tonnants
Des gaz explosifs ont été produits.
Il n'est pas possible de déterminer à priori la nature de ces gaz, mais on pense à de l'hydrogène.

2) Les électrodes en graphite ne produisent pas un mélange tonnant de gaz d'électrolyse en courant du secteur. Ce constat a été fait 4 fois sur 4 expériences réalisées dans ces conditions.
Manifestement, les gaz produits n'étaient pas explosifs ou bien étaient hors des limites d'explosibilité.
Nous avons initialement évoqué une oxydation des électrodes de graphite en CO2, consommant l'oxygène produit et/ou jouant le rôle d'agent flegmatisant des gaz.

C'est l'absence d'explosion ci-dessus relevée qui nous a amenés à étudier plus précisément la nature et la proportion des gaz d'électrolyse en réalisant un test à la soude.

B) Test à la soude
La soude 1/10M n'a pas d'action visible sur le volume des gaz d'électrolyse obtenus avec les électrodes en graphite, il n'y a donc pas de dioxyde de carbone présent dans les gaz d'électrolyse en quantités détectables par ce biais.
Le réacteur avec les électrodes en graphite ne produit donc pas de CO2 en quantités suffisantes pour diluer les gaz et/ou se comporter en agent flegmatisant des gaz d'électrolyse présents.

C) Mise en relation des résultats précédents
Il en résulte qu'avec les électrodes en graphite, les gaz d'électrolyse ne contiennent pas de gaz en proportions suffisantes pour exploser mélangés à l'air et mis au contact d'une flamme.

L'absence d'explosion est une anomalie physico-chimique manifeste dans le cadre d'une électrolyse de l'eau.

Ces expériences montrent donc à priori une perturbation du rapport stœchiométrique, cela dans les conditions expérimentales sus-décrites.

Nous en avons alors supputé que cette anomalie stœchiométrique pouvait signaler une anomalie élémentaire.
L'anomalie relevée posait dès lors la question de savoir si une anomalie stœchiométrique survenait aussi lorsque l'on utilise le résonateur Dumas.

Cette anomalie quand à l'explosibilité des gaz d'électrolyse est la raison pour laquelle Pierre Bacelon prit l'initiative de vérifier tout cela avec un analyseur de gaz professionnel, commercialisé sous le nom de ''GasCheck-G3''.

D) Analyseur de gaz professionnel GasCheck-G3 (Ion Science)
1) Significativité des analyses
a) Nous avons choisi d'établir notre base de comparaison en analysant les gaz prélevés et mesurés à 1 cm au dessus d'un bol d'eau de la ville d’Évry (cf.supra).
En effet, les gaz issus de l'électrolyse sont issus d'eau liquide chauffée, refroidis et confinés dans une seringue à température ambiante.
Si une perturbation des mesures est envisageable par la vapeur d'eau saturante contenue dans les gaz d'électrolyse, la mesure comparative dans des conditions similaires de saturation en vapeur d'eau s'imposait.

b) Dilution de gaz d'électrolyse
Il y a une dilution obligatoire des gaz d'électrolyse par l'atmosphère (voir schéma fig.3a).
La dilution par l'atmosphère de gaz d'électrolyse présents à des concentrations supérieures à celles choisies en référence entraînerait donc une sous-estimation des gaz présents.
Le tableau fig.3b montre que les valeurs trouvées sont supérieures à celles de référence, soit plus de 5 fois les valeurs de référence.
On note aussi que les valeurs déterminées pour les gaz d'électrolyse chutent de 50% à dix minutes d'intervalle.
Il y a eu dilution des aliquotes de gaz par l'atmosphère.

Les concentrations pour H2, He, SF6, Ar, O2 et CH4 sont donc probablement sous-estimées.
Ce point est à éclaircir par la réalisation de mesure en améliorant le confinement des gaz.

c) Signal CO2
Une oxydation de l'acier (qui est un alliage de carbone et de fer) pourrait expliquer la grande quantité relative (x10) de CO2 présent dans le cas des électrodes Dumas.

Il n'y a pas eu de différence de concentration en CO2 des gaz d'électrolyse produits par les électrodes en graphite comparée à la référence (x0,93).
Ceci conforte le test à la soude 1/10M, ne trouvant pas de CO2 en quantités macroscopiquement significatives.
Cette absence de différence notable à propos du CO2 met en évidence par contraste les différences relevées pour les autres gaz (x3 à x19 selon les gaz et selon les électrodes).
.

2) Points notables pour les électrolyses pratiquées en courant alternatif
On note des points communs entre les électrodes Dumas et les électrodes en graphite.

a) Variété des corps retrouvés
De l'He, de l'Ar, du O2, du CH4 et du SF6 ont été analysés en quantités supérieures à celles prises comme base de comparaison.
Il y a des corps réduits (CH4) et d'autres substitués par des halogènes (SF6).
L'électrolyse de l'eau de la ville d’Évry conduit à la synthèse d'un bouquet diversifié de produits de réaction.
C, S, H et F sont des éléments présents dans l'eau du robinet.
La synthèse des composés ci-dessus par voie électrochimique en courant alternatif est envisageable.
Nous n'avons pas connaissance de travaux antérieurs à ce propos.
Les quantités importantes d'Ar et d'He retrouvées par rapport à la référence sont difficilement explicables, aux erreurs de mesure près.

b) Rapport stœchiométrique H/O
En tenant compte du CH4 produit, on trouve un rapport H/O de l'ordre de 1/5 à 1/7, au lieu de 2/1. Il s'agit d'une division du rapport normal par 10 à 14.

Le calcul du rapport H/O conforte l'anomalie élémentaire suggérée par la non-explosibilité des gaz produits par le réacteur en graphite.

c) Présence d'un gaz rare
On note la présence d’hélium.
Sa concentration est 3 à 11 fois supérieure à celle mesurée en référence selon les électrodes utilisées.
Ces mesures sont d'autant plus remarquables que les gaz d'électrolyse sont dilués par les gaz atmosphériques lors de la mesure.

LA PRÉSENCE D'He EN QUANTITÉS SUPÉRIEURES À LA RÉFÉRENCE CHOISIE POSE LA QUESTION DE LA CONFIRMATION DE SA PRÉSENCE EN EXCÈS EN VALEUR ABSOLUE.

La confirmation de l'existence d'He en excès (>>5ppm) exclurait une chaîne de réactions chimiques à son origine.
Les chaînes de réactions menant à cet élément dans ces conditions implique des phénomènes nucléaires.
L'éventualité d'He en excès conduirait à envisager l'électrolyse de l'eau par des électrodes soumises au courant du secteur en tant que phénomène à manifestations nucléaires.
.

E) RAPPEL D'UNE PUBLICATION ANTÉRIEURE:
Anomalie physico-chimique antérieurement constatée (addendum de JF Ricois)

Nous rappelons à nos lecteurs les résultats d'une spectrométrie de masse réalisée en conditions contrôlées par un laboratoire dépendant du Commissariat à l’Énergie Atomique, voir graphes 4a et 4b fig.4.

Cette expérience montrait des quantités de O2 et de H2 produites en proportions non-stœchiométriques.
En effet et d'évidence, les mesures établissaient une divergence complète des signaux O2/Ar et H2/Ar.
On constate au premier regard sur les graphes fig.4 que le signal O2 ne suit pas le signal H2, au point que le signal O2 devient quasi-nul.

Le laboratoire sollicité n'avait pas été en mesure de donner d'explication à ce phénomène de disparition du signal O2.

Nous avions pour notre part entre autres évoqué une consommation du O2 par oxydation des électrodes du résonateur.
Il nous paraissait cependant peu probable que le O2 produit aie pu être piégé quasi-complètement en fin d'expérience (fig.4b).
De plus, une variation de la réactivité de l'O dans de telles proportions (variant entre tout ou rien) et pour des écarts de températures aussi faibles (<100°K) était peu défendable.

Or nous venons de montrer par une autre méthode que le O2 est majoritairement retrouvé et en abondance dans les gaz produits au cours de l'électrolyse de l'eau d’Évry par les électrodes Dumas soumises au courant du secteur.
L'oxydation des électrodes ne semble donc pas être à l'origine de la diminution du signal O2 précédemment relevé en spectrométrie de masse.

Cette analyse avec le Gas-Check-G3 montre que le O2 est significativement présent dans les gaz d'électrolyse.
Le O2 est présent en abondance, d'après l'analyseur de gaz.

L'analyse en spectrométrie de masse montre que le O2 voit sa quantité produite se réduire.
Le O2 devient absent, d'après le spectromètre de masse.

Soit:
- le O2 est très abondant au cours de l'électrolyse de l'eau par le résonateur Dumas soumis au courant du secteur.
ET
- le O2 est de moins en moins abondant au cours de l'électrolyse de l'eau par le résonateur Dumas soumis au courant du secteur.
La comparaison des résultats des expériences ci-dessus indiquent une discordance physico-chimique élémentaire portant sur l'oxygène.

Une façon de résoudre cette contradiction est d'envisager que le système a transformé l'oxygène isotope 16 en un autre isotope de l'oxygène.
De cette façon, la détection du O2 par capteur de conductivité thermique ou analyse chimique resterait positive.
De cette façon, la détection du O2 par spectrométrie de masse serait faussement négative.
.

Au final, au cours des électrolyses pratiquées, nous aurions mis en évidence 3 anomalies élémentaires portant respectivement sur l'hydrogène, l'hélium et l'oxygène.
.

CONCLUSION

L'électrolyse de l'eau du robinet par des électrodes en graphite soumises à la tension du secteur manifeste par son bilan chimique une anomalie élémentaire, montrant une altération des quantités relatives H/O en proportions non-conventionnelles.

Cette altération du bilan chimique est directement mise en évidence par l'absence de bruit d'explosion lors de l'ignition des gaz d'électrolyse produits par les électrodes en graphite en courant alternatif.

Cette altération est aussi mise en évidence par la faible quantité d'H (H2 et CH4 inclus) retrouvée par la mesure à l'analyseur de gaz, tant avec le résonateur Dumas qu'avec les électrodes en graphite.
Dans l'électrolyse de l'eau, l'abondance de l'H est comparable à celle de l'O selon un rapport de 2/1. Ce n'est pas le cas de ces expériences.

L'électrolyse de l'eau du robinet par des électrodes en graphite ou par le résonateur, chacun soumis à la tension du secteur, semble mettre en évidence dans le bilan chimique une anomalie élémentaire, montrant un excès d'He dans un rapport de 3 à 11, qui plus est dans des conditions de mesure entraînant une dilution des gaz mesurés.
Cette anomalie reste à vérifier par d'autres méthodes.

Nos mesures et test d'explosibilité indiquent nettement une anomalie élémentaire portant sur un déficit d'hydrogène comparativement à l'oxygène.

Nos mesures orientent vers une anomalie élémentaire portant sur un excès d’hélium.

D'après JF Ricois, ces mesures de la teneur en O2 comparées à celles menées par un laboratoire indépendant de notre équipe orientent vers une anomalie élémentaire isotopique portant spécifiquement sur l'oxygène.

Ces analyses élémentaires faites à l'aide de matériel professionnel montrent à l'évidence des anomalies.
Nous allons établir un nouveau protocole de mesure en milieu confiné avec du matériel différent pour contrôler cette première série d'analyses.

L'interprétation des anomalies notées sera développée dans une prochaine communication par Pierre Bacelon.
En effet et selon lui, ces résultats exceptionnels demandent de nouvelles approches scientifiques des phénomènes observés.

Selon JF Ricois, la confirmation d'une ou de plusieurs anomalies élémentaires avérerait une nucléosynthèse électriquement générée par des électrodes soumises au courant du secteur.
La découverte d'autres anomalies stœchiométriques ou la présence d’éléments en rapports isotopiques non-naturels confirmerait ainsi la survenue d'une ''fusion froide'', avec une attention plus particulière concernant l'argon.

Quoiqu'il en soit, l'étude exhaustive, quantitative et précise des gaz d'électrolyse obtenus dans ces conditions requiert des analyses poussées et précises, et la coopération de plusieurs équipes scientifiques.
.

Fraternellement,
P.Bacelon
JF.Ricois

PS: les auteurs rappellent que:
* Ces manipulations sont très dangereuses:
- par l’utilisation de matériels électriques non isolés sous une tension de 220volts
- par la formation de mélanges de gaz tonnants qui explosent avec une violence extraordinaire
- par l'utilisation de la soude concentrée.
* Ces manipulations sont saines pour l’environnement, en effet:
- elles utilisent de l’eau de ville, du bicarbonate de soude alimentaire, des électrodes en acier ou en graphite, de la soude en faibles quantités
- les gaz dégagés sont inoffensifs.

See More
Effet Dumas - Energie libre added 2 new photos to the album: QUAND UN DOCTEUR EN SCIENCES SE RALLIE A L'EFFET DUMAS.
April 21, 2017

QUAND UN DOCTEUR EN SCIENCES, PHYSICO-CHIMISTE ET MAITRE DE CONFÉRENCE, SE RALLIE A L’EFFET DUMAS

Chers amis,

Cette page Facebook est la partie communicante et émergée sur la toile d’un ensemble de contacts, d’échanges et de recherches qui gravitent autour de l’effet Dumas. Nous ne pouvons tout vous partager pour des raisons évidentes de confidentialité mais nous avons essayé de vous faire part, chaque fois que cela était possible, de l’avancée de nos travaux.

...

Nous vous avons parlé dernièrement du Professeur Gérard Saunier qui a diligenté une demande d’expertise auprès du CEA. Nous allons aujourd’hui vous parler du Docteur Pierre Bacelon, Docteur en sciences, physico-chimiste et Maître de Conférence des Universités (ER), qui nous avait contacté en 2016 pour nous témoigner de sa curiosité scientifique face au phénomène exotique de l’Effet Dumas manifesté notamment par la publication du test israélien (voir notre publication du 02/08/2016 https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=600473846780964&id=270688943092791 )

Intrigué scientifiquement, Pierre Bacelon est entré en relation avec Jean-François Ricois et Jean-Christophe Dumas. Indépendamment du bilan énergétique, il existait sans conteste un effet exotique du résonateur plongé dans l'eau et soumis à un courant alternatif. Sa curiosité scientifique de départ, amusée aussi sociologiquement par l’effet « médiatique » Dumas sur le web, laissa place à un authentique intérêt scientifique et expérimental pour le résonateur. Au terme de plusieurs semaines d'échanges, l'universitaire reconnut à l’équipe Dumas le mérite d'avoir abattu un travail considérable, en dépit d'erreurs méthodologiques initiales et de raccourcis théoriques plutôt spéculatifs. Il offrit ses services au collectif et rejoint l’équipe scientifique qu’animait Jean-François Ricois afin de se lancer dans un cycle de manipulations plus poussées. Plusieurs expériences en thermodynamique eurent lieu et au final, Pierre Bacelon émit l'avis qu'une seule hypothèse paraissait testable avec un minimum de rigueur compte-tenu des moyens engagés: celle de l'analyse des gaz d'électrolyse. Le physico-chimiste prit l'initiative de procéder aux tests en présence de Ricois et en collaboration avec lui. Nous vous en ferons le compte-rendu ultérieurement, tant les phénomènes relevés sont insolites, et nécessitent des vérifications... (Froide, vous avez dit fusion froide ?...)

Dans ce post nous allons vous communiquer l’analyse et la critique scientifique faites par cet homme du sérail à propos de la fameuse expérience précitée de l’équipe des ingénieurs israéliens. Comme vous le verrez ses calculs l’amènent à des conclusions insolites.

Nous publierons ultérieurement d’autres résultats de travaux. Nos lecteurs, et certains « observateurs » de notre page, pourront mieux se rendre compte que notre équipe scientifique a des yeux pour voir et un cerveau pour réfléchir.

Pour le Collectif,

Pierre Antoine Courouble

------------------------------------------------------

17 avril 2017

Pierre Bacelon et Jean-François Ricois

Critique de la manipulation «Efficiency of Dumas water heater», dont la description a été reproduite le 2 août 2016 sur la page Facebook ''Effet Dumas- Énergie libre''.

Page 6 du compte-rendu originel, il est écrit: «Power of heat losses consists of two components: heat evacuated by calorimeter cooling water and heat evacuated by evaporation»,
soit d’après les auteurs: E(total heat) = E(out) + E(steam) = 950,4 kJ.

Nous estimons ce bilan énergétique insuffisant car incomplet lors de cette manipulation.

En effet, en plus de ces deux énergies rapportées il faut additionner deux autres énergies, d’une part l’énergie consommée par électrolyse, E(électrolyse) et d’autre part l’énergie accumulée dans le réacteur E(réacteur) du fait de l’augmentation de la température de l’eau contenue et du fait de l’augmentation de la température du résonateur Dumas.
Donc, au total:
E(total heat) = E(out) + E(steam) + E(électrolyse) + E(réacteur)
et E(total heat) = 950,4kJ +E(électrolyse) + E( réacteur)

Nous allons évaluer ces deux énergies consommées non comptabilisées au temps t=1560s.

1) Évaluation de E(électrolyse)
D’après les manipulations effectuées par les auteurs de cette critique, il a été explicitement vérifié expérimentalement que les gaz qui se dégagent, lors de l’électrolyse avec le résonateur Dumas en courant alternatif, forment un mélange tonnant, c’est à dire sont constitués de deux volumes d’hydrogène et d’un volume d’oxygène.
D’autre part, nous avons mesuré qu’après 26 minutes d’électrolyse, le volume de gaz dégagé est de 400 millilitres (à 23°C). Ce volume correspond à un nombre de mole n(gaz) égal à 400/33600 = 0,012 mole de gaz.
Étant donné que l’enthalpie (la chaleur) absorbée par la dissociation d’une mole d’eau est de 285,1kJ.mole^-1 (le symbole ^ correspond à une mise en puissance), l’énergie électrique consommée par cette dissociation de l’eau vaut E(électrolyse) = 285,1x0,012 = 3,4 kJ.

2) Évaluation de E(réacteur)
Le réacteur est constitué d’une part par l’eau et d’autre part par le résonateur Dumas.
Donc E(réacteur) = E(eau réacteur) + E (résonateur).

E(résonateur) = m(résonateur).C(acier inox).ΔT
m(résonateur) = 0,1 kg
C(acier inox) = 0,502 kJ.K^-1.kg^-1
ΔT = T(finale) - T(initiale), avec d’après la figure 6: T(finale) = 95°C et T(initiale) = 22 degrés°C, soit ΔT= 95-22=73 degrés Celsius.
D’où E(résonateur)=0,100x0,502x73= 3,7kJ

Reste à évaluer E(eau réacteur).
Or, les auteurs de cette publication ne donnent pas non plus cette quantité de chaleur, ce qui est d’ailleurs fort étrange pour une publication qui se veut scientifique!

E(eau réacteur)=m(eau réacteur).C(eau).ΔT

L’échauffement de cette eau consomme une énergie E(réacteur)=m(eau réacteur).C(eau).ΔT
Sur la courbe fig.6 on lit que cette eau passe de 23°C à 63°C, en fait la température varie jusqu'à 95°C ce que nous négligeons afin d'être certains de sous-estimer ce bilan.
Ce sont donc 600g d'eau qui sont passés de 23°C à 63°C.
D’où E(eau réacteur)=600x4,18x40=100,3kJ.

Soit le bilan E(réacteur)= E(eau réacteur)+E(résonateur)=100,3+3,7= 104kJ,
Bilan auquel il faut ajouter E(électrolyse),
soit E(électrolyse)+E(réacteur)=3,4+104=107,4kJ

D’où le bilan énergétique total
E(totale)=950,4+ E(électrolyse)+E(réacteur)
E(totale)= 950,4+107,4= 1057,8kJ

D’où le rendement R=(énergie consommée/énergie électrique fournie), sachant que cette dernière vaut d’après les auteurs de la publication E(él)=992,1 kJ
R=1057,8/992,1=1,066 (106,6%)

Ainsi, le rendement R passe de R=0,958 dans la publication originale à R=1,066 dans cette critique qui prend en compte tous les phénomènes qui se produisent lors d'un tel processus physico-chimique.

Compte-tenu des données acquises de la science, il n'y pas d’hypothèse pour interpréter ce résultat sur-unitaire.
Ce résultat hors norme est en contradiction avec le premier principe de la thermodynamique qui exige la conservation de l’énergie.
En effet suivant ce principe, l’énergie consommée par un système passif ne peut être supérieure à l’énergie qui lui est fournie.
Autrement dit, le rendement ne peut qu'être égal à l'unité, alors que nous le calculons supérieur à l’unité.

D’autres manipulations sont en cours afin de déterminer les hypothèses manquantes interprétant ce résultat paradoxal.
Nous tiendrons nos lecteurs informés.

Merci de la lecture de cette critique.
.

Fraternellement

Pierre Bacelon
Jean François Ricois

See More

QUAND LE CEA PROPOSAIT UNE CONFIDENTIALITÉ DE 7 ANS SUR L’EFFET DUMAS

En 2015 dans le cadre des investigations menées auprès de différents laboratoires en vue d’un possible dépôt de brevet du résonateur Dumas par une société privée dans des perspectives industrielles, le CEA fut sollicité comme prestataire par l’équipe emmenée par le Professeur Gérard Saunier. Il s’agissait alors de faire réaliser différents examens de pointe sur le comportement du résonateur par le service... de sono-chimie du Professeur Serguei Nikitenko, un spécialiste mondial de la sono-chimie par cavitation. A l’issue des expérimentations l’un des marqueurs de cavitation fut détecté. Etonnement ce laboratoire qui avait été sollicité initialement par une société privée pour réaliser une simple prestation payée, prit l’initiative, quinze jours après le dépôt du résonateur Dumas, de proposer une offre de partenariat sur « le générateur électrique de cavitation en rupture avec l’état de l’art » (voir documents joints). Il s’agissait ni plus ni moins que d’engager la dite société dans un accord de confidentialité et de non divulgation qui s’étendait sur une période minimale de 7 ans, et d’établir un protocole d’échange des informations par messagerie cryptée. La société privée déclina cette offre de partenariat captif avec le CEA. Vraiment étonnant que le CEA ait pu formuler une telle proposition pour une simple « bouilloire électrique » ?... Bizarre, vous avez dit bizarre ?

PS : En tant que lanceur d’alerte nous avons noirci tous les noms de personnes qui figuraient dans l’offre de confidentialité, car notre propos est l’information et non la délation. Nous nous réservons cependant le droit de communiquer l’intégralité des informations si cela s’avérait nécessaire. Dans tous les cas et très probablement, la plupart de ces éléments seront conciliés dans l’ouvrage qui sera publié «Aux origines de l’effet Dumas» ainsi que dans le film documentaire «Voyage en Tesla-Land».

Pour le collectif Dumas,
son président
Pierre Antoine Courouble

See More