Reviews
Cryptozoo has no reviews yet.
Tell people what you think
Photos
Posts

Le calmar géant (Architeuthis dux) n'a été décrit qu'en 1857 par le zoologiste danois Steenstrup.
Une représentation de ce céphalopode figure dans le Visboek ("livre des poissons") du Hollandais Adriaen Coenen en 1579, près de 3 siècles auparavant !

No automatic alt text available.

Le cerf du père David (Elaphurus davidianus) a été décrit en 1866 par le zoologiste français Alphonse Milne-Edwards, après que le père Armand David ait fait parvenir au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris des peaux et un squelette.
Le Metropolitan Museum of Art à New York conserve un rouleau de l'empereur Qianlong, où ce souverain chinois a dessiné en 1767, avec une extraordinaire précision, les bois de ce cervidé qui n'allait faire son entrée dans la zoologie qu'un siècle plus tard !

Ma page web sur le cerf du père David :
http://cryptozoo.pagesperso-orange.fr/decouv…/cerf_david.htm

Image may contain: outdoor
Posts

En 1862, Charles Darwin, étudiant l'orchidée malgache Angraecum sesquipedale, postula l'existence à Madagascar d'un papillon possédant une trompe de 10 pouces (25 cm) de long, encore inconnu à cette époque.
Ce papillon "prédit" ne fut décrit qu'en 1903 sous le nom de Xanthopan morganii praedicta, et la pollinisation de l'orchidée par l'insecte n'a été photographiée que dans les années 1990 ! (voir photo)

J'y ai consacré une page de mon site Internet :
http://cryptozoo.pagespe...rso-orange.fr/dossiers/papillon.htm

Un article extrêmement documenté a été publié en 2012 :

ARDITTI, Joseph, John ELLIOTT, Ian J. KITCHING, and Lutz T? WASSERTHAL
2012 Good heavens what insect can suck it -- Charles Darwin, Angraecum sesquipedale and Xanthopan morganii praedicta. Botanical Journal of the Linnean Society, vol169 : 403-432.

See More
Cette affirmation, bien que généralement exacte, n'est pas une règle absolue. La définition de la cryptozoologie par Bernard Heuvelmans (1988) est en effet beaucoup moins restrictive : la recherche de formes animales "dont l'existence peut être établie sur la base de preuves testimonial...
cryptozoo.pagesperso-orange.fr

La revue trimestrielle "Espèces" avait accepté un article de ma plume sur l'histoire de la découverte du tapir d'Asie (Tapirus indicus, Desmarest 1819).

J'ai demandé à cette revue d'en différer la parution, car je suis sur la trace d'un manuscrit de 1773, conservé dans une bibliothèque britannique, où figure un dessin de cet animal près d'un demi-siècle avant sa "découverte" officielle.
J'espère obtenir rapidement une copie du passage concerné, et soumettre dans la foulée une... version enrichie de mon article...

A suivre !

See More
No automatic alt text available.

Du 2 au 4 mars, j'ai animé une formation "je deviens cryptozoologue" au Castel de Pont-à-Lesse près de Dinant en Belgique. L'arrivée a été un peu difficile du fait de la météo (voir photos) qui a bien failli nous transformer en Hommes-des-Neiges !
Travaux dirigés, travaux de groupe, jeux pédagogiques, QCM, etc., ont permis aux participants d'acquérir nombre de connaissances mais aussi un savoir-faire sur la recherche cryptozoologique.
Un exemple parmi bien d'autres : rechercher des informations sur une photo à partir de celle-ci avec la recherche inversée dans Google images (très utile également pour dépister les "fake news" qui polluent les réseaux sociaux).
Bref, 2 jours studieux mais dans une ambiance détendue et ludique.

Image may contain: tree, sky, outdoor and nature
Image may contain: tree, snow, sky, house, plant, outdoor and nature

Le cerf du père David (Elaphurus davidianus) n'a été décrit qu'en 1866 par le zoologiste français Milne-Edwards.
Dans la littérature sur ce cervidé, on répète sans cesse que c'est le père Armand David qui a été le premier occidental à en avoir entendu parler en 1865. En réalité, le mi-lou (nom chinois de l'animal) est déjà mentionné dans un dictionnaire publié à Paris en 1789, où il est précisé qu'il possède une "queue extrêmement longue", ce qui est en effet une caractéristique du cerf du père David : alors que toutes les autres espèces de cervidés ont une queue très courte, chez le cerf du père David elle atteint 50 à 60 cm de long.

http://cryptozoo.pagesperso-orange.fr/decouv…/cerf_david.htm

No automatic alt text available.

Le saola (Pseudoryx nghetinhensis) est un bovidé du Nord Viêt-Nam aux longues cornes effilées caractéristiques qui n'a été décrit qu'en 1993.
Pourtant, il était connu des autochtones depuis belle lurette, puisqu'il est représenté sur des vases en bronze vieux de 2000 ans, comme on peut en juger sur l'illustration ci-dessous, à comparer à l'adorable figurine de saola que je viens de recevoir, pour enrichir ma collection de figurines des découvertes zoologiques spectaculaires de ces 2 derniers siècles.

No automatic alt text available.
Image may contain: text

Des dizaines de livres ont été publiés aux USA et au Canada sur la question du "Bigfoot", mais aucun n'a été traduit en français.
L'ouvrage de Mireille Thibault vient donc calmer la fringale légitime du public francophone.

THIBAULT, Mireille
2018 Bigfoot, de la légende à la science. Agnières, Le Temps Présent.

... See More
Image may contain: text

En 1913, l'ornithologue américain James Chapin recueillit une plume non identifiée à Avakubi, dans la forêt de l'Ituri, au Congo belge de l'époque.
Ce n'est qu'en 1936 qu'il découvrit dans les collections du Musée du Congo Belge à Tervuren (près de Bruxelles) deux spécimens naturalisés obtenus au Kasai en 1914 dont les plumes étaient identiques, conduisant Chapin à la description du paon congolais (Afropavo congensis).
Une photo de la plume de 1913 est reproduite dans l'artic...le cité ci-dessous, mais j'en possède également une excellente photo couleurs prise de nos jours...

CHAPIN, James P.
1938 The Congo peacock. Neuvième Congrès International d'Ornithologie (Rouen) : 101-110.

Quant aux deux spécimens, ils sont toujours au Musée de Tervuren (désormais Musée Royal de l'Afrique Centrale) :
http://www.africamuseum.be/…/treasures/congo-peafowl_sept15…

See More
No automatic alt text available.

La salamandre géante de Chine (Andrias davidianus), le plus grand des batraciens urodèles actuels, n'a été décrite qu'en 1871 par Emile Blanchard, d'après un spécimen envoyé au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris par le père Armand David (à qui l'on doit également la découverte de nombreuses espèces animales nouvelles, notamment le grand panda et le cerf du père David).

Pourtant, Temminck et Schlegel avaient déjà postulé l'existence de ce batracien, écrivant dans le...ur Fauna Japonica (1838) à propos de la salamandre géante du Japon (Andrias japonica) décrite en 1829 :
"Plusieurs passages dans les ouvrages de médecine et d’histoire naturelle chinois donnent lieu à la supposition, qu’on trouve en Chine une Salamandre semblable à celle dont nous parlons."
L'animal était déjà connu des Chinois sous le nom de nei-yu ou ny-yu, et il était déjà mentionné dans le dictionnaire de Guignes (1813).

See More
Image may contain: text

En 2011, j'ai publié un livre grand public sur les poulpes et calmars géants dans le mythe et dans la réalité.
Le livre est épuisé, mais il m'en reste encore quelques exemplaires, que je cède au prix de 28 Euros (au lieu de 29).

In 2011, I published a public book on giant squid and squid in myth and reality. The book is exhausted, but I still have a few copies, which I yield to the price of EUR 28 (instead of 29).
Translated
No automatic alt text available.

Pierre Bordet (1914-1996), géologue au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris, photographia une piste de yéti lors de l'expédition française au Makalu en 1955.
Son article pour le Bulletin du Muséum (1955) est un classique de la littérature sur le yéti, mais on lui doit également un livre méconnu, publié en 2001, où il consacre plusieurs pages à ce sujet, avec notamment une photographie en couleurs d'une des empreintes, où il conclue : "je n'ai aucun doute sur son existence".

BORDET, Pierre
2001 Volcans et autres montagnes. Edimontagne-IGAL, pp.128-132.

Image may contain: text

En 1871, Wood donna le nom d'Argusianus bipunctatus à un argus (une sorte de faisan du sud-est asiatique) d'après une seule plume d'origine inconnue, encore conservée de nos jours au British Museum à Londres.
Une étude récente montre qu'il s'agit très probablement d'une anomalie individuelle d'un Argusianus argus et non d'une espèce nouvelle.

DAVISON, G. W. H., and P. J. K. McGOWAN
2009 Is the Double-banded Argus Argusianus bipunctatus a valid species ? BirdingASIA, vol 12 : 94-96.

No automatic alt text available.

Le kouprey ou boeuf gris du Cambodge à été décrit sous le nom scientifique de Bos sauveli par Achille Urbain en 1937.

J'ai découvert ces derniers jours que dans une thèse de doctorat vétérinaire publiée en 1937, mais dont la rédaction est certainement antérieure à l'article d'Urbain, Jacques Vittoz détaillait déjà la plupart des caractères de cette nouvelle espèce de bovidé et incluait même une photo d'un "massacre" (tête naturalisée) de kouprey.

Cambodia's kouprey or grey beef was described under the scientific name of bos sauveli by Achille Urbain in 1937. I have discovered in the last few days that in a Phd thesis published in 1937, but whose drafting is certainly prior to the urban article, Jacques Vittoz already detailed most of the characters of this new species of bovidé and even included a Photo of a "Massacre" of kouprey.
Translated
Image may contain: text

Avant-hier 10 janvier, j'ai rencontré Jean-Louis Maurette, qui a effectué plusieurs expéditions en Russie et au Kazakhstan sur les traces de "l'homme sauvage" que l'on signale là-bas.

(j'en ai profité pour lui vendre un exemplaire de mon livre "Tentacules", co-écrit avec Pierre-Yves Garcin !)

Voici une vidéo consacrée aux recherches de terrain de Jean-Louis Maurette :...
https://www.youtube.com/watch?v=Vi4Jn76w0EU

See More
Entretien le jeudi 04 mai à 20h30 « Sur les Traces de l'Almasty » avec Jean-Louis-Maurette Jean-Louis Maurette, aventurier, baroudeur, découvreur d’épaves so...
youtube.com

Le kouprey ou bœuf gris du Cambodge n'a été décrit qu'en 1937 par Achille Urbain, sous le nom scientifique de Bos sauveli en l'honneur du vétérinaire René Sauvel. Sauvel avait fourni à Achille Urbain le "matériel" zoologique sur lequel il s'est basé pour sa description : notamment un très jeune mâle vivant, qui vécut quelques années au zoo de Vincennes, et constitue ce que les zoologistes appellent le spécimen-type ou holotype, mais aussi une tête naturalisée d'un adulte.
Cette tête à été vendue aux enchères il y a quelques années, comme on peut le lire dans l'article ci-dessous :
http://www.paris-normandie.fr/…/un-cornage-de-buffle-en-ven…

Demain dimanche, à la salle des ventes des Andelys, Me Jacqueline Cousin, commissaire-priseur mettra aux enchères un cornage de kouprey, une espèce de buffle sauvage vivant en Asie du Sud est, mais qui a sans doute disparu puisqu’aucun d’entre eux n’a été vu depuis 1983. Cette tête natur...
paris-normandie.fr